Aller au contenu

01 Introduction générale le roman

Introduction à l’objet d’étude du roman, parcours personnages en marge, plaisirs du romanesque

La régence

La première moitié du dix-huitième siècle est marquée dans le royaume de France par la Régence. - En 1715, Louis XIV meurt. Louis XV, son arrière-petit-fils, doit lui succéder, mais il n’est âgé que de 5 ans. - Le testament de Louis XIV est cassé par le Parlement de Paris, qui choisit de nommer régent Philippe, duc d’Orléans. Ce dernier exercera le pouvoir jusqu’à sa mort, après la majorité (fixée à 13 ans) de Louis XV. - Le roi ne sera en mesure d’exercer un pouvoir personnel qu’à compter de la mort du cardinal Fleury, son principal ministre, en 1743. Il régnera jusqu’à 1774.

C’est une période d’innovations politiques (le gouvernement par conseils en est un exemple) et économiques (le système de Law) sans lendemain.

Le règne de Louis XV

Le règne de Louis XV est une période de crises successives propres à l’Ancien Régime : crises religieuses que le pouvoir doit arbitrer, les grondements des parlements qui essaient de reprendre une part de leurs prérogatives, et des guerres qui se succèdent.

Au plan intellectuel, les Lumières (mouvement intellectuel, politique et philosophique européen) prennent une grande importance durant la première moitié du XVIIIe siècle (à partir des années 1740 notamment) et au-delà. Les philosophes tels que Montesquieu, Diderot, Voltaire, et Rousseau par exemples publient des œuvres importantes. On cherche à s’opposer à l’absolutisme royal comme au cléricalisme, et en sciences on s’attelle à faire la synthèse des grandes découvertes (l'Encyclopédie par exemple).

C’est aussi, dans les milieux les plus prospères de la bourgeoisie et de l’aristocratie, une période de relative libéralisation des mœurs, que l'on va aussi appeler libertinage.

L’Abbé Prévost

De son nom véritable Antoine François Prévost, 1697 – 1763. Prévost est un personnage haut en couleur de la première moitié du XVIIIe siècle.

Il est le fils d’un magistrat de la ville d’Hesdin dans l’actuel département du Pas-de-Calais, et est destiné à une carrière dans les ordres. Il est ainsi envoyé chez les jésuites.

Irrévérencieux, ses études se déroulent mal. Sa vie est une suite ininterrompue de péripéties. Fuyant et réintégrant les institutions religieuses, tour à tour militaire et déserteur, Prévost prendra même le nom « d’Exiles » au cour d’un séjour en Angleterre pour échapper à la justice.

Prévost a eu une seule constante : il passe son temps à écrire des ouvrages irrévérencieux à l’égard de la morale religieuse officielle.

Il publiera les Mémoires et aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde entre 1728 et 1731. L’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut en constitue le dernier tome.

Prévost jouira un moment de la protection du Prince de Conti (le cousin de Louis XV), opposant notoire à la monarchie absolue et favorable à un gouvernement plus collégial des aristocrates.

Le roman : Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut

Rappel : un roman peut se définir comme un récit de fiction en prose, comprenant des personnages, d’une certaine longueur.

Un roman-mémoires : un roman qui se présente sous la forme de mémoires, c’est-à-dire d’un récit rétrospectif qu’un personnage fictif fait de sa propre existence pour paraphraser Philippe Lejeune au sujet de l’autobiographie. C’est une forme répandue durant la première moitié du XVIIIe siècle.

→ Un roman-mémoires se caractérise par la réflexion du personnage narrateur sur lui-même : il explore ses sentiments, juge son caractère. C’est un roman qui favorise l’expression d’une certaine subjectivité. Cette forme littéraire va de pair avec la pensée naissance de l’individualité.

Néanmoins, le récit fait un écho indéniable à la vie aventureuse de Prévost et compte de nombreuses péripéties.

Le roman condamné à deux reprises par le Parlement de Paris, qui ordonne la saisie et la destruction des exemplaires. L’ouvrage fera l’objet d’une nouvelle édition modifiée en 1753.